Étincelles de commutation des machines électriques

Les étincelles de commutation des machines électriques désignent la naissance d'arcs électriques au niveau du collecteur d'une machine électrique.



Catégories :

Machine électrique - Production de l'énergie électrique - Électrotechnique

Les étincelles de commutation des machines électriques désignent la naissance d'arcs électriques au niveau du collecteur d'une machine électrique.

Dans les machines électriques pourvues de collecteurs, comme par exemple les machines à courant continu, on utilise des balais, nommés aussi «charbons» pour alimenter le collecteur (en fonctionnement moteur) et pour récupérer le courant venant du collecteur (en fonctionnement générateur). Ces balais permettent le contact à la partie mobile de la machine, le rotor. À cause de la vitesse de rotation assez élevée, au cours du court instant où il y peut y avoir isolation galvanique des balais, des claquages peuvent alors survenir, visibles sous forme d'arcs électriques[1].

Comme la zone neutre se déplace en charge, au moment du changement de direction du courant (commutation), la tension d'induit n'est pas nulle[2]. Ceci entraîne la naissance d'étincelles de rupture, nommées étincelles de commutation[2]. De plus les balais entrent un court instant en contact avec deux lamelles du collecteur simultanément[2], provoquant ainsi un court-circuit[2], qui à son tour entraîne la naissance d'étincelles[2]. Il en résulte un encrassement des lamelles et l'usure des balais.

Une machine électrique bien conçue doit avoir une commutation «noire», c'est-à-dire sans étincelles au niveau de la totalité collecteur-balais[2].

Notes et références

  1. Ch. Harel, Machines électriques et essais de Machines, Entreprise française des électriciens – École supérieure d'électricité, Paris, 1960, chap.  «Commutation», p.  34
  2. Ch. Harel, Machines électriques et essais de Machines, op.  cit. , p.  29-31

Source

Bibliographie


Recherche sur Amazon (livres) :



Ce texte est issu de l'encyclopédie Wikipedia. Vous pouvez consulter sa version originale dans cette encyclopédie à l'adresse http://fr.wikipedia.org/wiki/%C3%89tincelles_de_commutation_des_machines_%C3%A9lectriques.
Voir la liste des contributeurs.
La version présentée ici à été extraite depuis cette source le 07/04/2010.
Ce texte est disponible sous les termes de la licence de documentation libre GNU (GFDL).
La liste des définitions proposées en tête de page est une sélection parmi les résultats obtenus à l'aide de la commande "define:" de Google.
Cette page fait partie du projet Wikibis.
Accueil Recherche Aller au contenuDébut page
ContactContact ImprimerImprimer liens d'évitement et raccourcis clavierAccessibilité
Aller au menu