Méthode de Boucherot

La méthode de Boucherot permet, en régime sinusoïdal de tension et de courant, de calculer la puissance totale consommée par une installation électrique comportant plusieurs dipôles électriques de facteur de puissance divers, mais aussi l'intensité totale nommée.



Catégories :

Électrotechnique - Théorème de physique

Page(s) en rapport avec ce sujet :

  • Pour les calculs de puissance par la méthode de Boucherot, le nombre de récepteurs et leurs caractéristiques sont choisis au hasard.... (source : )

La méthode de Boucherot permet, en régime sinusoïdal de tension et de courant, de calculer la puissance totale consommée par une installation électrique comportant plusieurs dipôles électriques de facteur de puissance divers, mais aussi l'intensité totale nommée.

Cette méthode mise au point par Paul Boucherot, sert à faire des calculs selon un formalisme de type vectoriel sans utiliser la représentation de Fresnel trop lourde quand on est en présence de nombreux dipôles.

Utilité de la méthode

Dans le cadre d'une étude d'une installation, il faut calculer :

Mise en œuvre

Régimes sinusoïdaux monophasés

Il est rare que ces installations de faibles puissances nécessitent de faire des calculs de facteurs de puissance (sauf dans les exercices scolaires). Cependant il est quelquefois utile de pouvoir calculer l'intensité totale absorbée.

 P = U \cdot I \cdot \cos \varphi \,

D'autre part, on utilise les définitions des intermédiaires de calculs suivantes :

puis on applique la méthode ci-dessus.

On peut, au cours des calculs, utiliser les relations suivantes :

Régimes sinusoïdaux triphasés

La méthode s'applique de la même manière mais on utilise les relations suivantes avec la racine de 3 qui vaut 1, 732 :

Installations alimentées en tension sinusoïdale et absorbant des courants non sinusoïdaux

Dans le cas où le courant absorbé n'est pas sinusoïdal, le problème est plus complexe : même si le courant est en phase avec la tension, la puissance n'est pas égale au produit des valeurs efficaces

La tension, sinusoïdale, peut s'écrire

u(t) = U \sqrt{2}  \cdot \cos \omega t \,

Le courant, non sinusoïdal, peut se décomposer en série, dite série de Fourier :

i(t) = I_1 \sqrt{2}  \cdot \cos (\omega t + \varphi_1) + I_2 \sqrt{2}  \cdot \cos (2\omega t + \varphi_2) + ... + I_n \sqrt{2}  \cdot \cos (n\omega t + \varphi_n) + ... \,


Le calcul de la puissance active donne comme résultat :

 P = U \cdot I_1 \cdot cos \varphi_1 \,

D'autre part la puissance apparente  S  \, peut s'écrire :

 S =\sqrt { Pˆ2 + Qˆ2 +Dˆ2} \,

Avec les définitions des intermédiaires de calcul suivants :

et :

Notes et références

  1. Décret n° 2002-1014 du 19 juillet 2002 fixant les tarifs d'utilisation des réseaux publics de transport et de distribution d'électricité en application de l'article 4 de la loi n° 2000-108 du 10 février 2000 relative à la modernisation et au développement du service public de l'électricité

Recherche sur Amazon (livres) :



Ce texte est issu de l'encyclopédie Wikipedia. Vous pouvez consulter sa version originale dans cette encyclopédie à l'adresse http://fr.wikipedia.org/wiki/M%C3%A9thode_de_Boucherot.
Voir la liste des contributeurs.
La version présentée ici à été extraite depuis cette source le 07/04/2010.
Ce texte est disponible sous les termes de la licence de documentation libre GNU (GFDL).
La liste des définitions proposées en tête de page est une sélection parmi les résultats obtenus à l'aide de la commande "define:" de Google.
Cette page fait partie du projet Wikibis.
Accueil Recherche Aller au contenuDébut page
ContactContact ImprimerImprimer liens d'évitement et raccourcis clavierAccessibilité
Aller au menu