Pile à combustible alcaline

Les piles à combustible alcalines est une des techniques de piles à combustible les plus développées. C'est aussi une technique qui fut employée lors des expéditions lunaires.



Catégories :

Pile à combustible - Pile - Composant électrique - Électrotechnique

Page(s) en rapport avec ce sujet :

  • Pile à membrane polymère (80°C) ; Pile à combustible alcaline (100°C) ; Pile à acide phosphorique (200°C) ; Pile à carbonates fondus (700°C) ; Pile à ... (source : )
Diagramme d'AFC 1 :Hydrogène 2 :Flux électronique 3 :Charge 4 :Oxygène 5 :Cathode 6 :Electrolyte 7 :Anode 8 :Eau 9 :Ions hydroxyle

Les piles à combustible alcalines (ou AFC selon l'acronyme de l'appellation anglaise alkaline fuel cell) est une des techniques de piles à combustible les plus développées. C'est aussi une technique qui fut employée lors des expéditions lunaires. Les agences spatiales ont utilisé les AFC dès le milieu des années 1960, lors des programmes Gemini, Apollo, Soyouz 7K-L3 et pour les navettes spatiales Shuttle et Bourane. Les AFC consomment de l'hydrogène et de l'oxygène pur en produisant de l'eau potable, de la chaleur et de l'électricité. Elles sont parmi les piles à combustible les plus efficaces, avec un potentiel atteignant les 70 %.

La pile à combustible produit de l'énergie grâce à une réaction d'oxydo-réduction entre l'hydrogène et l'oxygène. A l'anode, l'hydrogène est oxydé selon la réaction : \mathrm{2H}_2 + \mathrm{4OH}ˆ- \longrightarrow \mathrm{4H}_2\mathrm{O} + \mathrm{4e}ˆ-
produisant de l'eau et lâchant deux électrons. Les électrons transitent par un circuit externe et retournent à la cathode, où ils diminuent l'oxygène selon la réaction : \mathrm{O}_2 + \mathrm{2H}_2\mathrm{O} + \mathrm{4e}ˆ- \longrightarrow \mathrm{4OH}ˆ-
produisant des ions hydroxyde.

La réaction totale nette consomme une molécule d'oxygène (O2) et deux d'hydrogène (H2) pour produire deux molécules d'eau (H2O). De l'électricité et de la chaleur sont créés, produits secondaires de la réaction.

Les électrodes sont scindées par une matrice poreuse saturée par une solution alcaline aqueuse, comme par exemple de l'hydroxyde de potassium (KOH). Les solutions aqueuses ne rejettent pas de dioxyde de carbone (CO2) ce qui peut empoisonner aisément la pile. Pour cette raison, ce type de pile nécessite de l'oxygène pur, ou du moins de l'air purifié. Ces procédés sont assez coûteux, ce qui fait que peu de développements continus sont produits sur la technologie AFC. La NASA a d'ailleurs opté pour les piles à combustible à membrane échangeuse de protons pour la prochaine génération de navettes spatiales.

Les AFC restent cependant les moins chères des piles à combustible à produire. Le catalyseur requis pour les électrodes peuvent être choisis parmi de nombreux produits chimiques assez peu coûteux comparés à ceux requis pour d'autres types de piles à combustible.

Voir aussi

Liens externes


Recherche sur Amazon (livres) :



Ce texte est issu de l'encyclopédie Wikipedia. Vous pouvez consulter sa version originale dans cette encyclopédie à l'adresse http://fr.wikipedia.org/wiki/Pile_%C3%A0_combustible_alcaline.
Voir la liste des contributeurs.
La version présentée ici à été extraite depuis cette source le 07/04/2010.
Ce texte est disponible sous les termes de la licence de documentation libre GNU (GFDL).
La liste des définitions proposées en tête de page est une sélection parmi les résultats obtenus à l'aide de la commande "define:" de Google.
Cette page fait partie du projet Wikibis.
Accueil Recherche Aller au contenuDébut page
ContactContact ImprimerImprimer liens d'évitement et raccourcis clavierAccessibilité
Aller au menu